accueil > Chroniques> SI ON PRENAIT LE TEMPS DE SOUFFLER ?

   

SI ON PRENAIT LE TEMPS DE SOUFFLER ?*


En te levant le matin, rappelle-toi combien précieux est le privilège de respirer...
Marc Aurèle

A la naissance, la respiration marque le premier langage que nous utilisons pour traduire notre appartenance au monde, notre relation à la vie. La respiration participe au cycle de l'énergie indispensable à chaque être ; elle est l'une des principales fonctions organiques qui assurent la vie. La sagesse populaire traduit bien cette relation aux cycles de l'énergie vitale. « On a le souffle coupé » lorsqu'une émotion nous saisit, « on est à bout de souffle » lorsqu'une activité s'éternise, « on perd son souffle, on soupire de soulagement, on reprend son souffle, on rend son dernier souffle. ». Toutes les traditions évoquent le premier souffle de l'homme et le relie à la notion d'énergie vitale.


Le souffle de la vie, c'est la recherche de la paix intérieure dans certaines cultures. « Lorsque nous respirons, nous participons inconsciemment au grand mystère universel » expose Graf Dürckheim. Pour les hindous, l'air que nous respirons contient le « prana », la force vitale qui nous régénère. Les Japonais considèrent le ventre comme le centre vital de l'homme, le « hara ». L'homme « centré » est celui dont le point de gravité repose, inébranlable, dans le hara. Il est censé être équilibré, calme, bien dans sa peau, bien dans son corps et dans sa vie. La plupart du temps, notre respiration est haute, superficielle, saccadée, à l'image de notre rythme de vie : haletant, perturbé, effréné. Évoluant dans un état permanent de stress, nous respirons insuffisamment pour assurer les échanges profonds qui garantissent l'équilibre physiologique et psychique de notre être.
L'éducation, le stress et les diktats de la mode semblent largement influencer notre façon d'être et de respirer. Corps et abdomen emprisonnés dans des tenues vestimentaires corsetées, éducation rigide, émotions réprimées, autant de paramètres qui modifient ou atrophient notre souffle. La respiration constitue le baromètre de notre état intérieur. Lorsque nous sommes tendus, fatigués, affectés, notre respiration a tendance à s'altérer, l'émotion en réduit l'amplitude, l'angoisse l'étouffe, la peur l'étrangle, le stress l'oppresse. Notre santé, notre état d'esprit, notre force créatrice, dépendent de l'apport d'oxygène fourni par la respiration. Le calme, la détente s'accompagnent d'une respiration paisible, abdominale. Une bonne respiration mobilise l'ensemble du diaphragme et permet de retrouver rapidement un bien-être, tant physique que psychologique ; elle régénère l'organisme, les toxines s'éliminent plus aisément par l'expiration. La respiration exerçant un rôle purificateur, les défenses immunitaires sont stimulées, la fatigue diminue. Elle possède également une action bienfaisante au niveau du tissu cérébral, favorisant toutes les capacités de mémorisation, de concentration. Notre cerveau droit, peu sollicité, retrouve toutes ses facultés de créativité grâce à une bonne oxygénation.
Le souffle possède une dimension unique chez l'homme : il est à la fois conscient et inconscient. La respiration est l'une des seules fonctions physiologiques sur laquelle il nous est possible d'intervenir de façon volontaire. En contrôlant l'amplitude du souffle, son rythme, sa puissance, nous pouvons parvenir à modifier notre mode respiratoire. En lui portant une attention toute particulière grâce à un entraînement régulier, il devient possible de réduire l'intensité de la peur, de l'anxiété, de renouer avec soi, avec son monde intime, de relaxer les tensions musculaires, de ralentir ses battements cardiaques et d'apaiser ses pensées les plus négatives, les plus régressives.
Quand nous respirons profondément, il nous est facile de sentir comme les ondes respiratoires se répandent dans tout le corps et comme nos muscles se décontractent. Bien plus qu'un réflexe physiologique, la respiration peut contribuer à affermir notre force intérieure ; une profonde amplitude respiratoire a le pouvoir de nous libérer, de nous ressourcer. Retrouver un rythme respiratoire harmonieux participe à la restauration de notre schéma corporel, à une vraie rencontre avec soi qui facilite la relation aux autres. La communication devient plus aisée, plus confiante.
Toutes les techniques de relaxation et de méditation passent par ce préalable : acquérir la conscience du souffle. C'est le premier apprentissage vers la maîtrise du corps et de l'esprit, c'est le premier pas vers l'unicité corps-esprit ; ainsi, « Comme tu diriges ton souffles, tu diriges ta vie » nous enseignent les Sages. La maîtrise de soi s'acquiert par le relâchement du souffle, les émotions se libèrent, le mental s'apaise. Respirer conduit donc à assurer un échange entre le corps et l'esprit, entre la matière et l'énergie ; c'est s'ouvrir à la vie, c'est vivre ! Sogyal Rinpoché, dans son « Livre de la vie et de la mort », écrit que « celui qui apprend à respirer consciemment éclaire son intellect, réchauffe son cour, attire le rayonnement et la lumière ».

*Par Michèle Freud, psychothérapeute, sophrologue, directrice de l'Ecole de sophrologie du Sud Est
Voir ses ouvrages

Lire toutes nos chroniques

Tous droits de reproduction soumis à autorisation de l'auteur.
 LES AGRÉMENTS ET RÉFÉRENCES
Notre école est affiliée
et reconnue par les instances
officielles de sophrologie
Il nous ont fait confiance : C.H.U. d'Avignon, Centre hospitalier de Toulon, Centre hospitalier de Manosque, Ministère de la Défense, L'oréal Garnier, Medicalorama, Arte, France 2, France 3, BFM TV, M6...
> Lire la suite