Le sommeil de vos enfants,
un capital précieux à préserver*


Indispensable à l’équilibre et au bien-être, le sommeil exerce un pouvoir régénérateur sur l’ensemble de l’organisme. Il est une fonction essentielle au développement physique, physiologique et psychologique de l’enfant. Un bon sommeil est nécessaire au développement de la maturité cérébrale, avec une action bénéfique sur le renforcement des apprentissages. De nombreuses études confirment l’influence bénéfique notamment sur la mémoire et les capacités cognitives.
L’éducation au sommeil débute dès la naissance et se poursuit tout au long de la vie.
Mieux comprendre le sommeil de l’enfant et de l’adolescent, savoir intervenir de façon précoce, dans le respect des besoins de l’un et les limites de l’autre en adoptant une juste attitude éducative, permet de résoudre bien des difficultés.
À chaque parent de choisir ses solutions pour préserver et améliorer le sommeil de son enfant ou de son ado, afin de faire de l’heure du coucher un moment de plaisir pour tous.

Nous fonctionnons tous avec des rythmes biologiques personnels et culturels, selon notre hérédité, notre âge et nos conditions de vie. Ces caractéristiques individuelles se manifestent dès l’enfance. Les besoins de sommeil sont strictement personnels et correspondent à la quantité de sommeil minimale nécessaire pour se sentir en forme le lendemain. Le temps de sommeil nécessaire varie selon les enfants et semble génétiquement déterminé.

Petits ou gros dormeurs ?

Si la structure du sommeil semble assez similaire d’un enfant à l’autre, il existe néanmoins de grandes variations dans les besoins. Dès les premiers jours de vie, on constate qu’il existe, chez les bébés, tout comme chez l’adulte, des petits et des gros dormeurs.
Le nouveau-né dort en moyenne 16 heures par jour. Certains nourrissons dorment près de 20 heures, d’autres se contenteront de 14 à 15 heures.
Des différences culturelles, ethniques notables ont été pointées : ainsi, une étude révèle que les petits Italiens de six ans dorment deux heures de moins que les petits Anglo-saxons ou Suisses. Cette diminution du sommeil nocturne, probablement liée à un coucher beaucoup plus tardif chez les enfants d’origine italienne, n’est compensée, à cet âge, par aucune récupération le matin **.
Que votre enfant soit un petit ou un gros dormeur, un couche-tôt ou un couche-tard, ce qui importe, c’est qu’il dispose de la quantité et de la qualité de sommeil nécessaires à un développement harmonieux.  

Les bons réflexes pour un bon sommeil

 Pour les plus petits

Le sommeil se prépare tout au long de la journée.
• Rythmez le quotidien de votre enfant en adoptant une vie régulière et sécurisante. Certaines activités peuvent, avoir lieu toujours au même moment de la journée, comme par exemple, la sieste après le déjeuner, la promenade, le bain le soir.
• Couchez-le toujours à la même heure. Cette répétition sera mémorisée très tôt.
• Sachez identifier le nombre d’heures nécessaires en notant chaque jour, sur plusieurs semaines, les heures d’endormissement et de réveil naturel.
• S’il se réveille aux aurores en pleurant, essayez de reconnaître quelle est sa demande réelle. Si c’est un problème de nourriture, assurez-vous qu’il reçoive quotidiennement la quantité suffisante pour passer des nuits plus longues. Puis, retardez progressivement l’heure de son premier biberon. Petit à petit, vous pourrez le décaler pour qu’il se réveille un peu plus tard. S’il vous réclame tout simplement, tentez de l’apaiser ou le rendormir avec une petite phrase suffisamment ferme comme chut dodo ! par exemple. S’il est réveillé par la lumière du jour, testez des rideaux occulteurs. En grandissant, apprenez-lui à patienter et à rester dans sa chambre : jouets, puzzles, livres l’aideront à temporiser et à s’occuper.

Pour les plus grands

• Pour la plupart des ados, dormir est une perte de temps qui empiète sur leurs activités. Attirez leur attention sur le besoin essentiel de sommeil, savoir reconnaître le nombre d’heures nécessaires pour se sentir en forme
• Valorisez-le sommeil dans votre discours, associez-le à plaisir !

• Veillez à ce que votre ado se couche chaque soir à la même heure, en semaine, afin de garantir les 9 heures de sommeil recommandées, ce qui n’est pas gagné d’avance. Trouvez des solutions pour qu’il dorme suffisamment, quitte à fermer la liaison Internet le soir ou à récupérer son téléphone portable si vous constatez un trop gros décalage dans ses heures de coucher et une grande fatigue au réveil.

*Par Michèle Freud

Enfants, Ados, les aider à dormir enfin. Michèle Freud, Éd. Albin Michel
En savoir +

 

 

** Ottaviano et coll., 1996.

Partager ce dossier avec
vos amis sur Facebook


Lire toutes nos chroniques

Tous droits de reproduction soumis à autorisation de l'auteur.

 LES AGRÉMENTS ET RÉFÉRENCES
Notre école est affiliée
et reconnue par les instances
officielles de sophrologie
Il nous ont fait confiance : C.H.U. d'Avignon, Centre hospitalier de Toulon, Centre hospitalier de Manosque, Ministère de la Défense, L'oréal Garnier, Medicalorama, Arte, France 2, France 3, BFM TV, M6...
> Lire la suite