• Une expérience de plus de 20 ans dans la formation professionnelle
  • L'enseignement d'une sophrologie humaniste
  • Un cadre, une éthique, des valeurs
accueil > Chroniques> FAIRE FACE A NOS RUPTURES

 

FAIRE FACE A NOS RUPTURES*


 

Les séparations jalonnent notre vie et structurent profondément nos existences. Bien qu'elles soient quelquefois des étapes nécessaires qui forment la trame de notre existence, elles n'en constituent pas moins une douloureuse épreuve de perte et de blessures qu'il appartient à chacun de gérer sur tous les plans, aussi bien physique que psychologique, tant dans leur dimension consciente qu'inconsciente.

Tous ceux confrontés à la perte, quelle qu'elle soit, connaissent le poids de la douleur où il faut apprendre, sans trop de dégâts, à se séparer, quitter, perdre.

La séparation est une condition de l'avènement de tout individu, elle conditionne chaque étape du développement. La vie n'est qu'une succession d'attachements et de détachements.Toute la difficulté réside dans le fait de devoir se séparer et apprendre à survivre.

Dans certains cas, la perte peut déclencher un état d'angoisse extrême, des troubles du comportement, de dépendances, ou encore des phobies, (peur de la rue, du contact, des animaux etc.). La phobie étant un symptôme qui amène le sujet à une stratégie d'évitement ou à rechercher des situations ou objets rassurants apportant une certaine sécurité.

Dans des situations extêmes, elle génère une détresse intense se traduisant par des états de sidération, de stress aigü avec toutes sortes de symptômes tant physiques que psychiques. Face à cette crise existentielle, on se trouve souvent confronté à ses propres limites. Une aide extérieure se révèle dans ce cas des plus judicieuse pour faire son deuil et et traverser cette période de bouleversement intense.

Il faut du temps au temps disent les psychanalystes.

Si le phénomène du deuil est connu, son mécanisme a été formalisé et mis en évidence par Sigmund Freud sous le nom de « travail de deuil » en 1915. Pour lui, le deuil survient à la suite de la disparition d’un être aimé, que ce soit un individu ou un idéal (liberté, etc.). Le deuil est universel, mais chacun d’entre nous le vit à sa manière, en fonction de son éducation, de sa culture et de sa personnalité. Il n’y a aucun moyen d’éviter la douleur de la perte, et nous devons la traverser si nous souhaitons la voir s’apaiser.

Le travail de deuil est un travail de détachement, il est constitué par des opérations mentales permettant de dénouer progressivement les liens avec ce que l’on a perdu. Le temps du deuil, c’est le temps de la souffrance psychique qui se doit d’être vécue, avec son cortège de symptômes. Il est un passage nécessaire si l’on veut éviter des complications. Loin d’être d’un déroulement linéaire, il est fait de progressions et de retours en arrière et chacun le vit à son rythme. Son refus conduit le plus souvent à la maladie, à la dépression, mais aussi au deuil pathologique. Aussi est-il inutile de le nier ou de le masquer par quelque artifice car les symptômes émergeront à chaque nouvelle difficulté, à chaque nouvelle perte, même des années plus tard.

Ce temps de deuil est celui aussi qui permet de se recueillir en soi-même Il est utile pour récupérer, dissoudre les peines et dresser un état des lieux de la situation.

Se détacher émotionnellement et recouvrer un certain équilibre psychique pour se reconstruire, là où tout est figé n'est pas toujours aisé. Il faut du temps pour vivre cette mort symbolique, s'autoriser à exister et à rebondir dans le courant de la vie..

 

*Par Michèle Freud, psychothérapeute, directrice de l'Ecole de sophrologie du Sud Est

 


Voir ses ouvrages

Lire toutes nos chroniques

Tous droits de reproduction soumis à autorisation de l'auteur.

 

 LES AGRÉMENTS ET RÉFÉRENCES
Notre école est affiliée
et reconnue par les instances
officielles de sophrologie
Il nous ont fait confiance : C.H.U. d'Avignon, Centre hospitalier de Toulon, Centre hospitalier de Manosque, Ministère de la Défense, L'oréal Garnier, Medicalorama, Arte, France 2, France 3, BFM TV, M6...
> Lire la suite

Partenaires privilégiés

Partenaires
Nous contacter
Etudiants
Tous droits réservés